Pour faire simple et sans remonter au temps des phéniciens… La première barque provençale, dénommé « mourre de pouar », signifiant « museau de cochon », sera construite vers 1880. Dans notre région on la désigne depuis les années 20 la « barquette marseillaise ». Désignation utilisée par ici, par opposition au terme de Pointu qui lui est Utilisé à partir de Toulon. La différence entre la barquette marseillaise est le pointu se situe à la poupe, plus arrondie pour la barque marseillaise alors que le pointu est autant pointu à la proue qu’à la poupe.
Dans le monde des pêcheurs de notre région ventée, la barquette va remplacer les bettes, petit bateau à fond plat caractéristique des côtes de Provence. Une embarcation rustique, légère, rapide et maniable à la rame… De construction facile et économique, la bette est adaptée à une utilisation dans les anses et les calanques… plus aisé à être tirée sur les plages ou les glacis. C’est le bateau privilégié des pêcheurs côtier s’adonnant aux cueillettes des oursins, la pêche à la foëne ou la pose de nasses ou de palangres. Sont point faible, la stabilité latérale par grand vent… n’oublions pas que la majorité des pêcheurs ne savaient pas nager… en provençal, on appelait la bette le « nega-chin » ce qui signifie « où se noient les chiens ». Elle sera encore utilisée longtemps sur l’étang de Thau, l’étang de Berre et de Vaccarès.

La barquette provençale est plus lourde mais beaucoup plus stable. A l’origine Propulsée à la rame ou à la voile, c’est dans les années 20 que le moteur remplace la voile latine et les lourdes rames. Les premiers moteurs de barquettes sont de la marque Baudoin.
Dans le même temps, les mâts inutiles et encombrants sont retirés pour réapparaître tout récemment en utilisation plaisance et supporter un taud ou un gréement de voile latine.

La barquette marseillaise se reconnait à son ventre rond et un pavois moins haut que ceux des barques italiennes, catalanes ou niçoises. C’est aussi une petite sœur des grosses tartanes qui transportaient la pierre de Cassis.

La particularité de toutes les barques de méditerranée est son capian, une pièce d’étrave plus ou moins allongée fermée par deux joues lui donnant une touche virile, enfin suivant comment on veut le voir. Sa forme fait office de signature du maître charpentier de marine qui aura réalisé le bateau.

La longueur d’une barque se désigne en nombre de pan (1 pan = 0,25m environ)… c’est-à-dire, une barque de 21 pans fait environ 5,25m, de 28 pans, 7m etc…

L’ACBT aux Nauticales !

mars 20th, 2022|0 Commentaire

L’ACBT est fière de mettre à l’honneur la ville de Cassis sur ce salon des Nauticales à La Ciotat désormais incontournable dans le milieu du nautisme. Nous étions prêt chaque [...]

Soupe de poisson à Port-Miou

mars 5th, 2022|0 Commentaire

Le samedi 05 mars 2022, l’ACBT a organisé sa traditionnelle soupe de poissons. Nous avons la chance d’avoir été accueilli dans notre magnifique calanque de port miou. Nous remercions bien chaleureusement son capitaine Gilles [...]

Galette des rois

janvier 12th, 2022|0 Commentaire

Dimanche 9 janvier 2022, l’ACBT partage la galette des rois avec les amidhérents. La bonne humeur et la convivialité s’étaient invités avec en bonus le partage de quelques oursins encore frétillants. [...]

PIERRE QUIROGA

novembre 29th, 2021|0 Commentaire

PIERRE QUIROGA vient d’ariver en Martinique, 7e sur 45 après 22 jours de course sur la transat Jacques Vabre à bord d’un Class40. Cassiden de coeur il est adhérent de l’ACBT depuis cette année. [...]

Fête de l’ACBT 2021

octobre 18th, 2021|0 Commentaire

L’ACBT, est sur le chemin des retrouvailles et une fois lancé, rien n’arrête cette association et ses membres. Ce dimanche, afin de clore l’initiative de la partie de pêche, les membres se sont de [...]